Aéroport International Moscou-Sheremetyevo

Dans le cadre de son programme de rénovation et d’extension, l’aéroport de Moscou-Sheremetyevo – actuellement la plus grande plateforme aéroportuaire de Russie dont l’ambition est de compter parmi les plus grands hubs mondiaux – a fait appel à ADP Ingénierie (APD-I) pour la conception d’un passage souterrain reliant tous les terminaux de passagers de l’aéroport. Ce tunnel, percé sous la piste existante, devait accueillir un système de transport innovant pour les passagers et les bagages.

En vue de transporter au moins 11,5 millions de passagers et 5,9 millions de bagages par an, le maître d’ouvrage a exprimé sa préférence pour un Automatic People Mover (APM, train automatique), un système par filoguidage ou encore des navettes autonomes.

Notre client
ADP Ingénierie pour Aéroport International Moscou-Sheremetyevo
La problématique

Relier les terminaux de l’aéroport Moscou-Sheremetyevo par un système de transport innovant

Notre solution
Réaliser un benchmark des technologies applicables à cet environnement.
À la demande d’ADP-I, AVAIRX a réalisé la cartographie des acteurs du secteur pouvant répondre à ce cahier des charges et étudié l’applicabilité de leurs solutions au besoin exprimé par l’aéroport de Moscou-Sheremetyevo. La recherche a été alimentée par des entretiens directs, une recherche documentaire et une analyse des projets de véhicules autonomes existants. Elle a permis d’identifier les fournisseurs de systèmes de véhicule autonome sans chauffeur et de Personal Rapid Transit (PRT) pouvant se rapprocher de cette demande spécifique et de construire l’analyse des spécificités techniques de leurs technologies et leur capacité à répondre à un éventuel appel d’offres. Nous avons conclu notre étude par des recommandations permettant à ADP-I de bâtir son étude globale et d’élaborer ses propres recommandations.
Les résultats

Suite aux recommandations d’AVAIRX, C’est la mise en œuvre d’un système de People Mover guidé par rails qui a été retenu, les solutions de systèmes autonomes à guidage virtuel n’étant pas encore suffisamment fiables en 2014.

Les cookies nous permettent de vous fournir nos services plus facilement. Avec l'utilisation de nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
En savoir plus Ok